Blog non officiel de l'OM : les matches vus du Vélodrome

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, août 15 2014

Pour un Stade Vélodrome sans censure et sans filet de protection

Le nouveau Stade Vélodrome avec son toit attendu depuis des années va s'éclairer dimanche. Si la négociation mise sur la place publique entre la Ville de Marseille et l'OM n'a pas été de très bon goût, personne ne pouvait réellement douter de son issue, aussi prévisible que la conclusion d'un centre à destination de JPP au début des années 90. On va donc enfin pouvoir aller voir l'Olympique de Marseille en évitant quelques douches froides (à défaut de les éviter sur le terrain) mais surtout en faisant résonner nos chants pour une ambiance sonore à faire trembler tous les adversaires. Mais avant de se précipiter à passer les portiques automatiques du Vélodrome, profitons de l'occasion pour dénoncer certaines dérives de la direction de l'OM.

webcam OM.net

CENSURE AU VÉLODROME, À LA COMMANDERIE ET SUR INTERNET

Depuis quelques années, la direction de l'OM louche sur les recettes merchandising des clubs anglais et espagnols. Mais ils n'ont pas compris que c'est la construction d'une équipe compétitive et les titres qui permettent de vendre des maillots partout dans le monde... Au contraire, ils ont chargés une équipe de communication professionnelle d'optimiser les recettes actuelles, autrement de faire le maximum de fric avec tous les supporters de l'OM. Un de moyens : créer un abonnement payant pour voir des vidéos exclusives, la formule "OM TV ONLINE" est né. Mais ça ne marche pas aussi bien que prévu. Diagnostic de l'équipe de communication : il y a déjà trop de médias sur Internet à propos l'OM... et ils prennent donc des mesures radicales : ils tentent de faire fermer les médias non officiels, en s'attaquant à ceux qui utilisent "OM" dans leur nom de domaine, le logo de l'OM sur leur site, etc. Des médias de qualité comme OMREPLAY sont obligés de fermer. Autre mesure radicale, digne de la République Populaire de Chine, un nouveau règlement intérieur est établi pour tous les journalistes : interdiction d'utiliser Twitter ou Facebook pendant les points presse, interdiction de diffuser en live la conférence de presse (seul un extrait de 2 minutes maxi est autorisé), copyrights sur toutes les images prises, etc. je vous laisse toutes ces mesures draconiennes sur http://omreplay.fr/2013/07/16/l-om-.... Bref, une censure de la direction de l'OM qui sévit sur Internet et à la Commanderie, il reste évidemment le Stade Vélodrome à soumettre. À défaut de contrôler les abonnements en Virage, des policiers passent la quasi-totalité des matches à filmer les Virages, au cas où... Vous voulez accéder aux images comme la loi vous autorise ? Vous ne pouvez que fermer votre gueule... Vous venez tranquillement voir un match avec votre minot ? Il sera fiché à vie sur ces vidéos policières qui finissent on ne sait pas où... Souriez, vous êtes filmés ! Pour le moment, on ne vous force pas encore à être assis (même si le dossier des nouveaux sièges vous incitent fortement), on ne vous empêche pas de chanter (même si on essaye d'organiser l'ambiance avec des voix pré-enregistrées à l'annonce des joueurs) mais par contre, on censure les banderoles. Et je ne parle pas des banderoles insultantes qui pourraient tomber sous le coup de la loi, non, je parle des banderoles qui n'arrange pas la direction de l'OM. L'état d'esprit est que le Stade Vélodrome est un lieu privé, où l'on peut donc appliquer ses propres lois. Exemple simple il y a quelques semaines : au milieu du Virage Sud se déploie une banderole "Anigo Démission"... rien d'insultant, on a vu bien pire depuis 30 ans. Et devinez quoi ? Une meute de stadiers se sont précipités dessus et ont confisqué la banderole, pendant que la police zoomait sur les criminels qui avaient osé déployer un message non confirme à la politique de la direction de l'OM. Une véritable censure est donc bien en place au Vélodrome, comme à la Commanderie et sur Internet...

UN VÉLODROME POUR LE CONFORT DES SUPPORTERS EN VIRAGE : DEBOUT ET SANS FILET DE PROTECTION

La direction de l'OM considère les supporters comme des consommateurs en puissance, et ne réfléchit en rien à leur confort. Oui, les abonnés en Virage souhaitent être debouts, et si les normes de la FIFA obligent à avoir des dossiers, pourquoi ne pas avoir mis des siègles à dossier escamotable comme à Saint-Étienne ? Autre "détail" très important, un filet de protection très dense (même si il est déchiré par endroit) se trouve devant chaque virage. Pourquoi ? Probablement pas pour empêcher les 10 ballons par an qui risquent de se perdre dans les tribunes (le prix du filet est largement supérieur aux ballons perdus). Si c'est pour empêcher les projectiles, vu la vidéosurveillance et les policiers qui scrutent et filment les virages à chaque match, c'est assez disuasif. Alors pourquoi ne pas supprimer ce filet de protection comme dans la plupart des stades ? Depuis 2 ou 3 ans, on ne voit quasiment plus aucun fumigène, ne pourrait-on pas améliorer le confort de tous les fidèles abonnés en Virage ? N'est-ce pas plus beau de voir nos magnifiques drapeaux s'élever dans le ciel sans cet horrible filet de protection ? Pourquoi n'y a-t-il aucun effort pour garder l'esprit de l'Olympique de Marseille, le club le plus titré de France ? Ce n'est même pas une question de budget car quand on voit les coûteux feux d'artifice sponsorisés par Betclic, retirer le filet de protection doit coûter à peiner quelques centaines d'euros. La direction de l'OM pourrait notamment faire travailler une PME locale... gratuitement sous pretexte « d'être l'OM » comme elle le fait souvent. Ou mieux : oublier cette coutume, et s'impliquer dans l'économie locale en faisant travailler un artisan...

PARTOUT ET TOUJOURS, ALLEZ L'OM !

dimanche, mai 16 2010

Samedi 15 mai 2010 20h : OM 2-0 Grenoble



Le mach du sacre

Stade archi-plein, spectateurs archi-pleins aussi, réunis pour célébrer le sacre officiel de l'OM CHAMPION DE FRANCE 2009-2010. Un superbe tifo, un match a précédé ce match sans eujeu... mais joué tout de même sérieusement pas les joueurs. Un Ben Arfa et Valbuena en forme, boosté par la Coupe du Monde, et un Mamadou Niang qui s'est offert le titre de meilleur buteur en marquant son 100e but avec l'OM. Côté ambiance, ambiance surchaufée, avec un passage en revue de tous les chants possibles... pour ceux qui ont réussi à tenir debout pris dans les "pogos" incessants ! La fin du match sera marquée par la remise du trophée de champions par un Thiriez conspué. De grosses mesure ont été prises pour empêcher le traditionnel envahissement du terrain du champion de France. "Champions ! Champions !"

jeudi, mai 6 2010

Mercredi 05 mai 2010 21h : OM 3-1 Rennes (CHAMPION DE FRANCE !!!)



Arroser le titre ?

C'est sous une pluie battante que le Vélodrome se remplit. Les oreilles traînent du côté de Lyon où l'OL doit empêcher Auxerre de gagner pour permettre à l'OM d'être champion dès ce soir. Et première bonne nouvelle de la soirée, Auxerre perd et le titre tend les bras à la Provence dès ce soir ! Reste encore à gagner... Le stade Vélodrome plein à craquer fait monter l'ambiance. Les chants fusent, le ballon aussi. En quelques minutes, tout le monde explose suite à un coup franc d'Heinze expédié au fond des filets rennais.

CHAMPION DE FRANCE

La pluie ne faiblit pas, les rennais non plus. Les voilà même qui égalisent. Sans surprise car le jeu marseillais est à l'image de ces dernières semaines : très pauvre, mal construit, Niang invisible, etc. En seconde mi-temps, nous voilà reparti sur le même rythme. Le 1-1 semble poindre son nez malgré les changements (Taïwo a remplacé Heinze, et Ben Arfa a judiceusement remplacé Brandao). Et c'est là que le match bascule dans la 13e dimension. Niang puis Lucho marquent les buts décisifs qui vont mener l'OM à la victoire. " ohé oho luchooo luchoooo" "nous serons champions de France", etc. tous les chants sont repris par un Vélodrome à l'unison !!! Une ola lancée, un "Aux armes", etc ambiance gigantesque et certains yeux sont humides... pas uniquement à cause la pluie. Quand coup sifflet final retentit, "we are the champions" est repris par tout le Vélodrome qui communiera longtemps avec les joueurs l'OM, fous de joie également.

OM CHAMPION DE FRANCE 2009-2010 !

lundi, octobre 5 2009

Mardi 15 septembre 2009 20h45 : OM 1-2 Milan AC

Pippo dégoûte l'OM

OM-Milan AC, Ligue des Champions, ça fait rêver. La dernière confrontation date de plus de 16 ans... c'était la finale de Ligue des champions remportée par l'OM. Jamais le Milan AC n'avait gagné au Vélodrome je crois. Et bien, c'est fait. Malgré un très bon match de l'OM et de très nombreuses occasions, Pippo Inzaghi a donné une leçon de réalisme à l'OM. Si il avait joué avec l'OM, le score aurait été d'environ 12-0. On notera aussi un énorme Clarence Seedorf, preuve qu'il n'y a pas d'âge pour jouer au foot à un haut niveau (Inzaghi a 36 ans et Seedorf a 33 ans). Bref, sous un déluge permanent pendant 90 minutes, l'OM débute mal sa campagne en Ligue des Champions. Pour le plaisir, je vous laisse déguster l'entrée des joueurs et l'hymne mythique de la Ligue des Champions :


lundi, août 31 2009

Dimanche 30 août 2009 21h : OM 0-0 Bordeaux

Petite déception

On pourrait se dire que l'OM a stoppé la série de victoires de Bordeaux, que l'on vient d'assister à un match assez plaisant, que Bordeaux sera l'un des adversaires les plus coriaces à domicile et que l'on a pas à rougir de faire un nul... mais il en reste néanmoins que le résultat est décevant. Face à une équipe bordelaise frileuse, l'OM a manqué d'allant et d'envie pour aller inquiéter un Carasso fébrile. Certes, il y a eu de sacrées occasions, comme la frappe de Brandao en pleine lucarne qui finit sur les bois, ou la frappe de Cheyrou pleine barre, mais si l'OM n'est pas capable de faire chuter Bordeaux à l'extérieur, qui le sera ? Bordeaux aurait même pu l'emporter si une faute imaginaire n'avait pas été sifflée sur un corner transformé par les girondins. On attend mieux, beaucoup mieux, et il est grand temps de s'y mettre car on compte déjà quelques points de retards sur les premiers et la Ligue des Champions n'a même pas commencé... Allez l'OM !

Ambiance et tifos





dimanche, août 30 2009

Samedi 16 août 2009 21h : OM 1-0 Lille

Un déplacement... à domicile !

Montpellier, c'est à moins de 2 heures de Marseille en théorie. Mais organiser un déplacement de dizaines de milliers de personnes, c'est plus compliqué. Les cars partent dès 13h (soit 8h avant le coup d'envoi), se font escorter par les CRS... quand ils ne tombent pas en panne sur l'autoroute...

Le stade de la Mosson

Un joli stade, même si il n'est pas complètement couvert, ce qui ne lui permet pas de créer une ambiance sonore de folie. Et les travées étant beaucoup plus petites, c'est bien moins impressionnant qu'au Vélodrome. Malgré ses défauts, on préfère donc notre bon vieux Vél' !

Un supporter marseillais est tombé d'une tribune la tête la première suite à des bagarres en tribune. On apprendra plus tard qu'il était non-voyant et que sa vie n'est pas en danger.

Tifo à l'entrée des joueurs : "Allez l'OM!"




Un jeu assez limité

Question jeu, malgré quelques bonnes phases, c'est resté assez limité. L'opposition fut faible, et les olympiens n'ont pas réussi à prendre le dessus. Le but de Brandao est le strict minimum en ce début de saison.

mercredi, novembre 5 2008

Mardi 04 novembre 2008 20h45 : OM 3-0 PSV Eindoven

Pluie d'occasions au Stade Velodrome

Malgré de fortes pluies ces derniers jours, le match aura bien lieu. La pelouse a assez bien absorbé les averses du jour et le match ne sera pas trop perturbé, la pluie a d'ailleurs cessé après quelques minutes de jeu. Côté tribunes, la Ligue des Champions ne fait toujours le plein, la Vélodrome est néamoins un peu mieux garni que contre Liverpool (!). La 1ère mi-temps est assez équilibré avec des occasions de part et d'autres. Le PSV se procure des occasions très franches mais leurs attaquants se montrent maladroits et l'OM s'en sort bien. D'autant que Baki Koné part seul et but et trompe le gardien hollandais, et déclenche la joie du Vélodrome.

En 2e mi-temps, la balance penche complètement en faveur de l'OM. Les marseillais dominent complètement le PSV Eindoven. Les occasions s'enchaînent, et le PSV est sur point de craquer.

Mamadou Niang, lancé dans l'axe, parvient à résister à un défenseur hollandais et ajuste une frappe croisée. L'OM mène 2-0 et tout le monde est soulagé. Mais l'OM ne relâche pas, la pression et essaye encore d'agraver le score.

En cette deuxième mi-temps est survenu un évènement débile, provoqué par un gros con. Ce gros con (qui se situe en bas du Virage Sud, légèrement sur la droite, en bas de l'escalier) a cru malin de balancer des bouteilles d'eau sur la pelouse près du gardien hollandais. 4 bouteilles en plastique et... un bouteille en verre apparemment. J'espère vraiment que ce gros con a été filmé et sera interdit de stade pendant plusieurs années. Va mourrir, cono.

Revenons au match. Après une tentative Koné, qui élimine à nouveau le gardien mais voit son tir arrêté sur sa ligne par un défenseur, c'est Mamadou Niang qui tente de s'offrir un doublé. C'est chose faite lorsque sur un centre de Koné, il reprend de volée et propulse le ballon au fond des filets du PSV. Avec un score de 3-0, l'OM décolle enfin dans cette Ligue des Champions et réalise une bonne opération (score de 3-2 sur les deux rencontres avec le PSV, l'OM sera devant en cas d'égalité de points entre les deux équipes). On peut d'ailleurs rêver d'un match fou à Liverpool où en cas de victoire, l'OM reviendrait à 1 point des Reds... et jourait son va-tout lors du dernier match au Vélodrome. Mais revenons à cette fin de match où l'OM se procure encore plusieurs occasions. On en restera 3-0. Le Vélodrome applaudit. Vivement dans deux semaines !

dimanche, novembre 2 2008

Samedi 01 novembre 2008 21h : OM 3-1 St Etienne

L'OM et Ben Arfa se rachète

Deuxième choc de suite au Stade Vélodrome. Après la cinglante de la semaine dernière contre le PSG, l'OM doit absolument se racheter. Le stade est bien sûr plein pour encourager les olympiens.

Avant le coup d'envoi, une succesion d'averses et d'accalmies... mais le ciel sera clément, pas une goutte pendant le match ! À l'entrée de joueurs, confettis, drapeaux et fumigènes.

Le début de rencontre est équilibré, mais rapidement c'est l'OM qui prend le jeu à son compte. Les occasions se multiplient. Athem Ben Arfa, de nouveau sur le terrain après de récents caprices de star, tente de nombreuses accélérations. Sur un corner, Benoît Cheyrou - excellent et régulier - place sa tête et déclenche la foolie du Vélodrome. Dans la confusion générale et dans la fumée des fumingènes, St Etienne égalise. La vidéo ci-dessous montre comment a été "vu" le but depuis le Virage Sud.

Ben Arfa se crée plusieurs occasions. Sur l'une d'elle, il passe en revue le côté gauche de la défense stéphanoise et adresse une frappe sortie d'une main par Jeannot. Sur une autre, il provoque un penalty qu'il va transformer lui-même. Et "tout le Vélodrome... reprend comme un seul homme... la chanson du virage qui résonne...".

La première mi-temps se termine sur ce petit avantage pour l'OM. Satisfaisant mais des mauvais souvenirs très frais sont présents (même score à la mi-temps contre le PSG la semaine dernière). Il va falloir assurer en 2e mi-temps ! À noter que, contrairement aux habitudes, l'OM attaquera face au Sud en 2e mi-temps. Côté changement, Kabouré remplace Valbuena.

Tout le long du match, des banderoles et des chants pour demander la libération de Santos, le capo franco-espagnol des Ultras emprisonné depuis presque 30 jours à Madrid. "Liberté pour Santos !"

La 2e mi-temps est complètement dominée par l'OM. Coup-franc, corner, on attend impatiemment le 3e but.

Sur un nouveau corner tiré par Ben Arfa, c'est Taye Taïwo qui s'élève et propulse le ballon au fond des buts (la vidéo ci-dessous). Taïwo reprend ses bonnes habitudes de marquer des buts de la tête, et nous gratifie d'une jolie révérence. C'était le bon moment car ce 3e but assome définitivement les Verts, quasi-inexistants en 2e période.

Le stade Vélodrome peut chanter, l'OM se rachète des dernières contre-performances. Ben Arfa, remplacé par Zenden, sera ovationné (peut-être un peu trop ?), tout comme Koné qui sera remplacé par le fantomatique Samassa.

Fin du match tranquille pour l'OM, qui revient donc à un petit point de Lyon (qui jouera demain). Il faudra maintenant confirmer en Ligue des Champions mardi, et surtout à Grenoble dans une semaine. Allez l'OM !

Dimanche 26 novembre 2008 21h : OM 2-4 PSG

Quand la désillusion se transforme en honte...

Un stade Vélodrome plein à craquer pour ce classico, avec une cerise sur le gâteau : la place de leader en cas de victoire. Dans le stade, on remarquera une caméra amovible en hauteur tenue par 4 petites grues aux 4 coins du stade. Une invention faite pour consoler les téléspectateurs qui ne peuvent pas être spectateurs et vivre la folie du Vélodrome ! Et l'entâme de match est fracassante. Après de magnifiques tifos, les deux premières minutes sont 100% marseillaises : l'OM mobilise la balle et accule les parisiens sur leur but en enchaînant attaques et corners offensifs. La suite est un peu moins brillante, surtout lorsque l'OM encaisse un but sur corner. Mais les marseillais gardent leur sang-froid... à l'inverse de Mickaël Landreau. Après une mésentente entre le gardien parisien et sa défense, le ballon arrive sur la tête de Mamadou Niang qui n'a plus qu'à pousser le ballon au fond des filets pour égaliser. Les offensives phocéennes se multiplient et après un joli enchaînement, Baki Koné frappe au but, Mickaël Landreau repousse maladroitement le ballon et le feu follet Matthieu Valbuena permet à l'OM de prendre l'avantage. La première mi-temps s'achève donc sur ce score de 2-1 pour l'OM qui propulse virtuellement en tête du championnat.

La deuxième mi-temps va être un véritable cauchemard. Tout d'abord l'égalisation parisienne par Luyindula, un ancien "joueur" de l'OM. Mais l'OM ne se laisse pas faire et se fait refuser un pénalty suite à un accrochage sur Niang dans la surface du PSG, puis une belle action olympienne qui se finit par un centre de Koné et une superbe volée de Benoît Cheyrou sur la barre transversale. Pendant que tout le monde se demande si la balle n'est pas entrée dans le but sur cette action, la première gifle arrive sur un coup franc de Rothen. Une frappe anodine mais personne ne la touche, ni même Steve Mandanda. Une frappe qui ressemble à un coup franc de Ronadlinho au Parc de Princes qui abusé Fabien Barthez il y a quelques années. À peine le temps de la digérer, qu'une seconde gifle arrive avec une contre-attaque parisienne et un quatrième but du PSG. Le match se finira sur ce score très lourd. De mémoire, jamais le PSG n'avait marqué 4 buts au stade Vélodrome. La première défaite de l'OM est une grosse désillusion. Honte aux joueurs marseillais, pourtant largement supérieurs aux parisiens, d'avoir refusé le combat physique en 2e mi-temps. Honte, honte, honte.

dimanche, octobre 26 2008

Samedi 04 octobre 2008 19h : OM 2-1 Caen

Comment rendre les choses compliquées...

Un match qui partait bien, un but dès la 2e minute de jeu, une équipe de Caen plutôt faible. Mais l'OM arrive à faire jeu égal avec les caennais, et mieux un but offert. Bref, une première mi-temps digne de l'idée stupide la Ligue de mettre tous les matchs à l'heure de l'apéro. La deuxième mi-temps est d'un meilleur goût avec pas mal d'occasion, et surtout un but de Mamadou Niang qui permet à l'OM de prendre l'avantage. Mais le héros de cette seconde mi-temps est l'arbitre qui semble avoir abusé du pastis/tapenade : corner transformé en 6 mètres, fautes évidentes non sifflés. La palme est pour l'exclusion de Ziani : premier carton pour une balle légèrement dégagé après un coup de sifflet et le deuxième pour une faute bien exagérée par le caennais. Allez, on va retenir que l'on fait une bonne opération au classement en restant aux basques de Lyon.

Dimanche 21 septembre 2008 21h : OM 0-0 Monaco

Match nul, vraiment nul

Je veux bien commenter des matches mais il y a des limites. Après un OM-Liverpool, dur de s'y coller. Certes, l'OM a dominé la rencontre, mais c'est peu dire car la formation monégasque a montré un niveau de jeu très faible. Bref, un match nul comme on veut plus en voir.

Mardi 16 septembre 2008 20h45 : OM 1-2 Liverpool

OM 1-2 Gerrard

Première déception, le stade est très loin d'être plein pour cette affiche de Ligue des Champions. Peut-être les mauvais souvenirs de l'écrasante victoire de Liverpool l'année dernière n'ont pas encouragés les spectateurs à dépenser un prix exhorbitant pour aller en Ganay. Mais les virages sont bien sûr plein à craquer. Tout comme le 1/4 de virage anglais qui doit accueillir presque 2.000 anglais ! Tifos grandioses, parfum européen, l'ambiance du début de match est au maximum. Les marseillais maîtrisent d'ailleurs le jeu, même si Liverpool impressionne les rares fois où ils prennent la peine d'accélerer. À force de pousser, l'OM finit par ouvrir le score par Çana bien servi par Cheyrou. C'est la folie... vite douchée par Gerrard, pourtant incertain pour ce match. Un coup de génie, une frappe lobée exécutée à toute vitesse. Déconcertant de facilité. Et Zubar, spécialiste pour ses erreurs fatales, provoque juste après un pénalty. Un cadeau pour Gerrard qui ne se laissera déconcentrer par un pénalty à retirer. Pour la suite du match, l'OM domine outrageusement, en se procurant plusieurs occasions. On se dit d'ailleurs que cette domination est tellement forte que Liverpool ne l'a pas complètement choisie, vu que c'est par maladresse que l'OM ne revient pas au score. Mais on en reste là, frustré par le score mais satisfait du jeu produit par l'OM. Si l'on joue tous les matches comme ça, les résultats devraient suivre.

dimanche, août 31 2008

Samedi 30 août 2008 21h : OM 2-1 Sochaux

Mandanda, el phenomeno

Une soirée encore pleine d'émotions en hommage aux deux supporters disparus : un film projeté sur les deux écrans géants, une minute d'applaudissements, l'envol de deux colombes avant le coup d'envoi et des couleurs toujours en berne chez tous les supporters marseillais. Seules quelques banderoles concernant le récent drame : "Hommage aux MTP" à Ganay, "Soutien aux MTP" chez les supporters de Sochaux, et chez les MTP "Imad, Lahcen", "230808" ainsi que "Merci de votre soutien".

Le coup d'envoi est donné par deux supporters des MTP, et l'OM prend rapidement le jeu à son compte. Mais la domination marseillaise ne se concrétise pas vraiment par des occasions franches et Sochaux procède par contre. L'un des hommes en forme de ce début de saison est sans conteste Karim Ziani, qui montre beaucoup d'envie. C'est justement une frappe de Ziani qui surprend Richert qui repousse le ballon des deux poings dans ses propres filets, l'OM mène 1-0. Le stade Vélodrome, encore plein à craquer, est satisfait à la mi-temps. On notera juste la blessure d'Erbate remplacé par Çana.

En seconde mi-temps, l'OM attaque de la même manière mais les contres sochaliens emmenés par Stéphane Dalmat sont de plus en plus dangereux. Mais l'OM double la mise sur une jolie action initiée par Ziani qui lance Niang sur le côté droit de la surface, celui-ci fixe la défense et centre pour Koné qui reprend de volée et expédie le ballon dans les buts côté Virage Nord. L'OM croît être à l'abri et Niang et Ziani sortent sous les ovations pour laisser leurs place à Samassa et Grandin. C'est donc les débuts du jeune Mamadou Samassa, qui aura semblé à l'aise techniquement mais pas encore dans le tempo marseillaise. Mais la fin du match est complètement dominée par Sochaux... laissantla place au show Mandanda !

Chaque star marseillaise a le droit à un chant spécial. Les plus chantés ces dernières années étaient probablement "Didier Droga, lalalalala" ou encore "Ribéry, Ribéry, allez Franck Ribéry"... et le prochain qui risque de devenir un refrain au Stade Vélodrome est celui dédié à Steve Mandanda : "el phenomeno, el phenomeno, el phenomeno : Mandanda !". Entonné en boucle lors des 20 dernières minutes, ce chant résonne encore dans la tête de tous les spectateurs tant les exploits du gardien marseillais furent impressionants. En effet, Mandanda a carrément dégouté les sochaliens en sortant gagnant de plusieurs duels en un-contre-un. Néanmoins, il n'a rien pu faire sur une frappe d'Erding (sûrement hors jeu...), et les marseillais ne conservent qu'un but d'avance.... laissant Mandanda enchaîner des arrêts aussi précieux que des buts. Après plusieurs sauvetages à l'aide ses pieds, c'est à l'aide d'une manchette exceptionnelle sur une tête sochalienne que Mandanda achève son travail à la dernière minute du temps aditionnel. "el phenomeno, el phenomeno, el phenomeno : Mandanda !"

jeudi, août 28 2008

Mercredi 27 août 2008 20h45 : OM 2-1 Brann Bergen

Le père Noël tente de consoler le Stade Vélodrome

Une minute de silence interminable. Des yeux humides. Quelques sanglots. 60.000 spectateurs lèvent les yeux vers les étoiles en pensant aux deux victimes et aux blessés du car des MTP accidenté samedi lors d'un déplacement au Havre. Chacun pense qu'il aurait pu se trouver dans ce car, ou connaître des victimes. Le stade Vélodrome s'est paré de couleurs sombres, le noir ayant remplacé toutes les couleurs des groupes de supporters. Ganay affichait "Hommage au MTP", le Virage Nord "Deux anges nous ont quitté, le MTP ne vous oubliera jamais : Imad, Lahcen".

C'est dans ce contexte lourd que débute ce match qualificatif pour la Ligue des Champions. Les marseillais monopolisent le ballon mais ne parviennent pas à se créer des occasions franches. On notera tout de même un Taïwo très remuant avec plusieurs débordements, et une frappe puissante qui touche un poteau. Ben Arfa réalise également quelques prouesses techniques mais il effectue souvent le geste de trop. L'OM ne parvient pas à se libérer et Brann Bergen complètement replié procède par des contre-attaques qui font frémir le stade. La 2e mi-temps débute sur le même rythme. Mais les norvégiens ont probablement embarqué avec leur voisin le père noël dans leur avion pour Marseille, car ils sortent de leur hotte un superbe cadeau pour Mamadou Niang et l'OM : l'attaquant marseillais n'a plus qu'à pousser le ballon au fond des filets et de célébrer son but en levant les bras au ciel. Les défenseurs marseillais, probablement jaloux, décident de rendre la pareille et lâchent le marquage sur un coup-franc. Les norvégiens ne se font pas prier et acceptent le présent : tête dans le petit filet de Mandanda. L'OM ne doit désormais plus perdre et tente de jouer la défense mais celle-ci n'est visiblement pas encore au point car les modestes norvégiens parviennent à faire trembler tout le stade en s'approchant des buts marseillais à plusieurs reprises. Brann Bergen se montre généreux dans l'effort et l'OM peine à les contenir. Brann Bergen se montre en fait généreux tout court car ils laissent échapper de leur hotte un nouveau paquet avec un beau ruban rouge : Mamadou ne se fait pas prier et expédie une nouvelle fois le ballon dans les filets.

Rien à retenir côté football, mais l'OM a réussi l'essentiel : se qualifier pour la ligue des champions. Et penser à ceux qui regarderont du ciel les futurs matches contre les Chelsea, Barcelone, Juventus, etc.

samedi, août 23 2008

Dimanche 17 août 2008 21h : OM 4-0 Auxerre

Le stade Vélodrome est plein pour ce match de reprise à domicile. De magnifiques tifos sont déployés, notamment "Objectif Champions" au Virage Depé. Au niveau sportif, la saison a débuté avec un match assez fou à Rennes (4-4), et les joueurs seraient bien inspirés de ne pas renouveler les débuts catastrophiques de l'année dernière.
Sur le terrain, le match débute doucement mais l'OM ouvre la marque après 15 minutes de jeu suite à une récupération de Koné qui dépose la balle sur la tête de Niang. La 1ère mi-temps est néanmoins assez équilibrée. La 2e mi-temps le sera beaucoup moins : Niang double la marque sur une nouvelle passe de Koné vers la 60e minute puis c'est les remplaçants qui s'illustrent : Grandin fait un festival avec un petit pont dans la surface et une ballon piqué dans les buts auxerrois, puis c'est Zenden qui exécute joli coup-franc dans la lucarne gauche auxerroise.
L'OM a déroulé en 2e mi-temps, mais on en est qu'au 2e match de la saison et il faut pas s'enflammer... sauf qu'on est à Marseille et qu'on est excessif dans un sens comme dans un autre : c'est donc une hola générale pendant plusieurs minutes. L'OM a soigné sa différence de buts et grâce à cela pointe à la 2e place, mais cela ne veut pas dire grand chose. Sur le terrain, on attendait beaucoup des nouvelles recrues (Ben Arfa, Koné, Hilton) mais les bonnes surprises sont venues de Ziani (l'homme du match pour moi), Grandin et Zenden. À poursuivre...

samedi, février 23 2008

Dimanche 17 février 2008 20h55 : OM 2-1 PSG

Un stade rempli à 110% et chauffé à blanc pour ce match contre notre "meilleur ennemi" mais surtout pour poursuivre la remontée fantastique au classement : 19e il y a quelques mois, l'OM peut être 4e en cas de victoire ! L'OM est le favori logique de la rencontre, car dans une bonne dynamique, mais ce sont les parisiens qui font preuve de vivacité et domine le début de rencontre. Pire, ils vont même obtenir un pénalty incontestablement... non valable car pour une faute à 3 mètres de la surface de réparation ! L'abitre, "sentant" probablement, sa bévue, fera retirer le pénalty mais rien à faire, Rothen ne tremble pas et ouvre donc le score. Mais les marseillais, poussés par le public, et révolté par cette injustice vont montrer un tout autre visage : à peine cinq minutes plus tard, Taïwo profite d'une maladresse de Landreau pour marquer son 2e but de la tête en quelques jours, et 10 minutes plus tard, Valbuena passe en revue toute la défense parisienne puis décale Mamadou Niang qui ajuste un Landreau. L'OM maîtrise son sujet, et la deuxième mi-temps démontre la différence de jeu entre l'OM et le PSG. Seule l'entrée de Pauleta donnera quelques frisons mais Monsieur Mandada reste impérial comme à son habitude. C'est plutôt l'OM qui aurait du agrave le score, notamment sur une occassion en or de Cissé qui finira au-dessus. En fin de match, le stade a du mal à se vider, et tout le monde savoure l'apparition de l'OM dans le premier quart du classement, au détriment d'une équipe parisienne décidément bien pâle.

jeudi, février 14 2008

Mercredi 13 février 2008 20h45 : OM 3-0 Spartak Moscou

Dans un vélodrome bien rempli (mais pas tout à fait plein, le haut de la tribune Ganay étant quasiment vide), voici le lot de consolation européen de l'OM : la coupe de l'UEFA. Et la couleur est annoncée : l'OM ne va pas cracher dans la vodka, et aligne son équipe-type (comme souvent avec Gerets d'ailleurs) avec son carré offensif Nasri-Valbuena-Niang-Cissé qui devient magique depuis quelques matches. La première mi-temps est jouée sur un rythme élevée, on sent les marseillais en forme mais les russes forment un bloc compact et jouent les coups à fond. La première mi-temps se conclue sur un bon 0-0, applaudi par le public. Chacun a sûrement en tête qu'il y a quelques semaines, l'OM aurait probablement craqué face au collectif du Spartak. En deuxième mi-temps, les russes vont clairement baisser d'un ton tandis que l'OM fournit un récital qui devient presque un classique depuis quelques matches :

  • Sur un renvoi russe, Nasri feinte un frappe et centre en finesse pour la tête de Benoît Cheyrou : 1-0
  • Sur un corner, Taïwo s'offre un inhabituel envol et propulse une tête (aux faux airs de Boli) dans les buts : 2-0
  • Cissé s'échappe et se retrouve seul face au gardien et offre la conclusion à Mamadou Niang : 3-0

Le contrat est rempli sauf énorme accident au retour. Et tout le monde se tourne déjà vers la prochaine proie de l'OM : le PSG dans 4 jours...

samedi, février 9 2008

Dimanche 03 février 2008 21h : OM 3-1 Monaco

Il est toujours difficile de savoir si la raison d'une belle victoire est la prestation éclatante de l'équipe victoirieuse ou la médiocrité des vaincus. C'est souvent un peu des deux et ce fut le cas pour ce match de Coupe de France dans un stade loin d'être rempli à rabord. Néanmoins, l'enchainement des bons matches redonne de l'entrain au stade... et aux joueurs qui démarrent tambour battant et le nouveau venu Grandi s'illustre en délivrant un bon ballon à l'un des hommes en forme du moment, Valbena, qui ne se fait prier et ouvre le score en expédiant le ballon dans la lucarne. Grandin signera d'ailleurs son premier but de façon accrobatique en reprenant une ballon, emmené dans les airs par lui-même, à bout portant. Enfin, on commence à s'y faire, Cissé y va de son petit petit but avant que Monaco ne sauve l'honneur. L'OM se qualifie pour le prochain tour... à Carquefou (CFA2).

Chelsea 1-0 Reading

Histoire de goûter à une autre ambiance, une fois n'est pas coutume, télé-transportation de l'autre côté de la Manche à Stamdford Bridge, l'antre de Chelsea. Premier but : trouver des billets. Pour Chelsea, ce n'est pas si impossible que cela car, à part une priorité aux abonnés, ils sont rapidement mis en vente sur Internet ce qui laisse la possibilité de trouver assez facilement pour les matchs n'étant pas des affiches de la Premier League. Ça semble un peu différent avec Arsenal par exemple qui ne laisse pas la possibilité d'acheter des places par Internet aux non-abonnés. Pour les prix, ce n'est pas si exhorbitant car toutes les places pour la Premier League ont le même tarif : c'est donc attractif pour les affiches et un peu cher pour les autres matches (les premières places sont à 35 LIVRES, soit environ 50 EUR). Pour les autres matches, Cup, prestige, voire Champions League, les prix pratiqués semblent rester raisonnable ou du moins ne pas exploser par rapport aux prix français (des places sont par exemple vendues 10 et 15 EUR pour des matches de Cup).Bref, passons au match.
Tout d'abord, il faut noter que le stade a plutôt des allures de centres d'affaires, avec des sortes d'immeubles incrustés sur ses flancs. Aux abords du stade, tout ressemble à notre ambiance bien connue si ce n'est que les gadgets et maillots des revendeurs sont bien plus nombreux, tout comme les cannettes de bières. L'accès aux diverses entrées du stade se fait par des longs couloirs fermés. Une fois entrée, on remarque en vrac la très grande proximité du terrain (et sans grille), les sandwicheries qui sont directement dans les tribunes et ressemblent plutôt à des fast-food (les prix ne sont d'ailleurs pas trop chers) ou encore la présence d'écrans de TV dans les tribunes. Côté supporters, l'ambiance est radicalement différente : ce sont surtout des chants spontanés (d'encouragements ou de chambrage). L'ambiance dépend donc complètement du match : si le match est mauvais, aucune ambiance. Si le spectacle est passionnant, ça peut devenir grandiose. Pour être un bon supporter, le minimum est de se lever d'un bond en criant "yeeeaahhhh!" lors d'un but, et de faire des petits "hooouuuuuu" pour chambrer l'adversaire.
Bref, ce fut une bonne soirée, avec un joli but de Michael Balak de la tête ("yeeeeaaahhhhhh") pour une toute petite victoire de Chelsea.

Samedi 26 janvier 2008 20h : OM 6-1 Caen

Incapable de gagner à l'extérieur, l'OM se doit de faire le plein de points et de confiance à domicile. Pourtant, c'est tout le contraire dans le début du match où Caen marque un but dès la 2e minute, et oblige Mandanda a des multiples exploits. Parmi ses parades, on notera un sauvetage sur la ligne (en fait derrière la ligne). Après ce festival, personne n'a le temps de perdre espoir quand le 2e héros de la soirée entre en scène : après une égalisation de Cissé, Valbuena marque un premier but magique d'une frappe lointaine, encore plus belle qu'à Liverpool, qui retombe en pleine lucarne. C'est ensuite, un lob au 25 mètres qui enchante tout le stade avant la mi-temps. Le 3e héros de la soirée est Djibril Cissé qui mettra un triplé dans la soirée. Son objectif de 20 buts dans la saison utopique il y a quelques semaines semble désormais réalisable ! Le score est ponctué par Nasri, déjà buteur lors du dernier match (à Nancy, son premier but de la saison). On peut commencer doucement à regarder la première moitié du tableau : ça soulage !

- page 1 de 2